Escapade touristique rennaise 3/3 - A la recherche des mosaïques Odorico

Escapade touristique rennaise 3/3   -   A la recherche des mosaïques Odorico

Et c'est parti pour une 2ème visite guidée proposée par l'Office de Tourisme !

 

" Sur les pas des mosaïques Odorico"

 

Odorico : 2 générations de mosaïstes

1ère génération :

Isidore et Vincent Odorico sont des mosaïstes italiens venus en France lors du chantier de l’Opéra Garnier à Paris. Ils travaillent alors sous la direction d’un mosaïste italien réputé Grandomenico Faccina.

La mosaïque n’est pas du tout à la mode en France, à l’époque, mais l’Opéra Garnier, inauguré en 1875 va la remettre au gout du jour.

Opéra Garnier - La Rotonde

 

Comme il n’y a pas de mosaïstes français, les italiens saisissent alors l’opportunité de se développer en France et se répartissent géographiquement le territoire français : Les frères Odorico  s'installent à l'Ouest.

Ils s’associent et créent leur entreprise à Rennes en 1882. Très bons artisans, ils répondent à diverses commandes passées par de riches commerçants, des particuliers aisés ou encore par le Diocèse. Luxueuse et couteuse, la mosaïque n’est pas à la portée de tous.

Les Odorico restent des artisans, travaillant pour une clientèle régionale. Ils laisseront leur  signature surtout sur des sols d’entrées, des plaques de maisons, des paillassons de maisons, des sols de boutiques, des détails d’architecture et plus rarement, des ornements d’église.  A ce jour, plus de 40 réalisations ont été recensées.

Parmi celles-ci, 2 réalisations observées lors de la visite guidée :

  • Au 11 rue d’Antrain : sur la façade de l’ex magasin Valton, actuellement Crazy Republic

période 1896-1898

ex immeuble Valton, actuellement Crazy Republic
ex immeuble Valton, actuellement Crazy Republic
ex immeuble Valton, actuellement Crazy Republic
ex immeuble Valton, actuellement Crazy Republic

ex immeuble Valton, actuellement Crazy Republic

  • Au 1 rue Gambetta : des éléments de façade des Bains St George

période 1890-1900

Escapade touristique rennaise 3/3   -   A la recherche des mosaïques Odorico
Escapade touristique rennaise 3/3   -   A la recherche des mosaïques Odorico
Escapade touristique rennaise 3/3   -   A la recherche des mosaïques Odorico

2ème génération

Au décès de leur père Isidore en 1912, les 2 frères prénommés également Isidore et Vincent reprennent les rènes de l’entreprise familiale et fondent la société Odorico frères en 1918 : Vincent pour la partie administrative et commerciale et Isidore pour la partie technique et artistique.

Plus que la reprendre, Isidore va réussir à développer considérablement la société familiale (elle passe d'une poignée d'ouvriers à une centaine). C'est un artiste - qui a fait l'école des beaux arts de Rennes - mais aussi un entrepreneur, qui profite de la demande croissante en mosaïque pour étendre la société dans tout l’Ouest de la France, des succursales sont ainsi ouvertes à Angers, Nantes et Dinard.

S’adaptant à la demande, il se spécialise dans la mosaïque de style Art Déco, alors très en vogue.

Compte tenu du besoin important de constructions dans l’entre-deux guerres, et des progrès de l’hygiénisme faisant de la mosaïque un élément parfait car facile d’entretien, des architectes font appel à la société Odorico. Les commandes sont alors importantes : des commandes publiques telles que : bureaux de poste, crêches, écoles, cités universitaires, sanatoriums, salles d’opération, paillasses de lycée, piscines, bains-douche municipaux, sanitaires de collectivités, mais aussi des réalisations pour le secteur privé (notamment des salles de bain)

Après le décès d'Isidore Odorico en 1945 (Vincent était déjà décédé), la société changera de mains sans changer de nom pendant 20 ans.

maison bleue à Angers

 

La famille Odorico laisse un héritage culturel important, qu'on peut admirer dans plus 120 villes, notamment à Angers (dont la célèbre maison bleue), Dinard, Cancale, Saint-Malo, Saint-Briac, Saint-Lunaire, Etables-sur-Mer etc …

Notre guide (très bavarde) nous fait découvrir quelques-unes de ces réalisations :

  • 7 place Ste Anne : "lambris intérieur" de magasin (poissonnerie dans les années 1930) actuellement magasin de cigarettes électroniques

années 1930-1931

A voir plus en détail sur la vidéo (un peu longue). Voir également l'article ouest france

 

7 pl Ste Anne

7 pl Ste Anne

  • 5 rue Leperdit : sol de magasin

année 1936

5 rue Leperdit
5 rue Leperdit

5 rue Leperdit

  • 1 place St Michel : façade en mosaïque bleue d'un restaurant

         année 1930

1 pl St Michel
1 pl St Michel
1 pl St Michel

1 pl St Michel

  • 2 rue de Chateaurenault  : sol d'un commerce 

année 1935

2 rue de Chateaurenault - 2ème photo trouvée sur internet
2 rue de Chateaurenault - 2ème photo trouvée sur internet

2 rue de Chateaurenault - 2ème photo trouvée sur internet

  • 13 galerie du théâtre : sol de magasin (fermé lors de la visite) juste aperçu à travers la porte vitrée

période 1930-1932

13 galerie du théatre - la dernière photo provient du site de l'office de tourisme
13 galerie du théatre - la dernière photo provient du site de l'office de tourisme
13 galerie du théatre - la dernière photo provient du site de l'office de tourisme

13 galerie du théatre - la dernière photo provient du site de l'office de tourisme

  • place de la mairie : sol du Panthéon rennais

Quelques infos sur le Panthéon de Rennes ici et ici

période 1921-1922

Panthéon de Rennes
Panthéon de Rennes
Panthéon de Rennes

Panthéon de Rennes

  • 2 rue Gambetta : Sol et décoration intérieure de la piscine St Georges  (frise sur le pourtour du bassin, cabines, couloirs, douche)

période 1923-1926

 

Escapade touristique rennaise 3/3   -   A la recherche des mosaïques Odorico
Escapade touristique rennaise 3/3   -   A la recherche des mosaïques Odorico
Escapade touristique rennaise 3/3   -   A la recherche des mosaïques Odorico
Escapade touristique rennaise 3/3   -   A la recherche des mosaïques Odorico
  • 7 avenue Janvier : façades de l'immeuble Poirier

année 1931

Plus d'infos ici

immeuble Poirier 7 av Janvier
immeuble Poirier 7 av Janvier
immeuble Poirier 7 av Janvier
immeuble Poirier 7 av Janvier
immeuble Poirier 7 av Janvier
immeuble Poirier 7 av Janvier
immeuble Poirier 7 av Janvier
immeuble Poirier 7 av Janvier
immeuble Poirier 7 av Janvier

immeuble Poirier 7 av Janvier

  • 7 rue Joseph Sauveur : façade de la maison Odorico. C'était la maison d'habitation personnelle d'Isidore Odorico ; c'est aujourd'hui une crêperie. Plus d'infos ici et ici

Dommage que la visite guidée se soit limitée à la façade de la maison ! Il faudra vraiment y revenir pour voir l'intérieur

période 1940-1945

 

7 rue Joseph Sauveur - Maison Odorico

7 rue Joseph Sauveur - Maison Odorico

Fin de la visite guidée !

Dommage qu'elle n'incluait pas d'autres adresses toutes proches des lieux visités, comme par exemple :

  • le sol du bar "Hibou Grand Duc" au 10 rue Dupont des Loges (angle rue joseph sauveur)
  • les façades des immeubles des 14 et 31 rue Dupont des Loges

Mais on pourra toujours se refaire un petit circuit lors d'une prochaine balade à Rennes

 

Pour aller plus loin :

Retour à l'accueil
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :